Accueil > Compte rendu > Compte rendu de la conférence « Ces maires qui courtisent l’islamisme »

Compte rendu de la conférence « Ces maires qui courtisent l’islamisme »

février 9, 2012

Nous eûmes la joie d’assister à une conférence donnée par M. Joachim Véliocas dans le cadre du Cercle de Ré-information Parisien. Cette conférence avait pour thème « Ces maires qui courtisent l’islamisme », en référence au dernier ouvrage de notre conférencier.

 

« Islamisme ». Ce mot barbare à nos oreilles est pourtant bel et bien de chez nous puisqu’il a vu le jour en France sous la plume de Bruno Etienne et qu’il n’y a qu’en France qu’il existe. Entendez braves gens que l’Islam n’a que rien – ou fort peu – à voir avec l’islamisme (utilisation politique de la religion musulmane à des fins dictatoriales)… La seule lecture des « prêches » des imams vous convaincra sans peine de l’identité de ces deux notions. En outre, il est important de saisir qu’une mosquée n’est pas l’équivalent musulman d’une église : en plus d’un lieu de culte, celle-ci est toujours un lieu culturel où les enfants sont formés à l’Islam, elle est encore un lieu où sont données les directives politiques, parfois même elle sera un centre associatif et sportif.
Évaluons un tant soit peu la présence officielle de l’Islam en France : Nous trouvons sur le tableau l’Union des organisations Islamiques de France, fondée par des réfugiés politiques appartenant aux Frères Musulmans ; les Algériens à travers la grande mosquée de Paris et son réseaux comptant environ 700 lieux de cultes ; les Marocains avec le Rassemblement des Musulmans de France et enfin le Conseil Français du Culte Musulman  lancé par Monsieur Sarkozy alors ministre de l’intérieur.
Quant au financement de la construction des mosquées, nos élus municipaux et régionaux font généralement preuve d’une incroyable bonne volonté en finançant de nos poches la partie culturelle de la mosquée ou bien en mettant à disposition le terrain par l’intermédiaire d’un bail emphytéotique. Le reste des fonds est en bonne partie distribué  de manières assez opaque par la Fondation des Œuvres pour l’Islam, mise en place quant à elle par M. de Villepin, aussi ministre de l’intérieur.
Pour ne pas vous laisser sur la fin, nous terminerons avec l’exemple éloquent de la mosquée de Strasbourg, radicale s’il en est, qui bénéficia pour sa construction d’une aide de quelques six millions d’euros…

Publicités
Catégories :Compte rendu